Voyage avec ma tante – MES Nicolas Briançon

Henry Pulling est un vieux garçon typiquement british : gentiment ennuyeux, gentiment passionné par des dalhias, gentiment bien élevé, gentiment flegmatique. Quand il enterre sa mère, il fait connaissance avec sa tante Augusta. Celle-ci est aussi excentrique que son neveu est conventionnel, aussi farfelue qu’il est raisonnable. Augusta entraine Henri dans une folle épopée à travers le monde où ils croiseront des agents secrets, des tueurs, des voleurs, des danseurs de tangos et autres personnages bigarrés.

Une folle épopée et un fol amour du théâtre et du jeu, c’est ce que les 4 comédiens (tous épatants) offrent pendant 1h30 à leurs spectateurs tour à tour ébahis, admiratifs et attendris. Les situations (loufoques et cocasses à souhait) s’enchainent sans temps mort et le rythme trépidant, s’il nécessite un chouya de suivre attentivement pour ne perdre le fil de ces péripéties, ne laisse aucun répit : on s’amuse, on sourit, on s’émeut sans voir le temps passer. La mise en scène de Nicolas Briançon est maitrisée de bout en bout et permet aux comédiens, qui interprètent à eux quatre Tante Augusta, Henri, Woodworth le majordome, un perroquet (moment hilarant) un chien, des tueurs, des agents secrets et j’en passe, sans que jamais, jamais, le spectateur ne se perde : on sait immédiatement qui est qui et les répliques fusent sans brouiller les pistes, si ce n’est celles du pauvre Henri Pulling qui lui en perd son latin et en perdra son flegme.

Coté décor, eh bien rien ou plutôt un seul wagon d’Orient-Express sur les fenêtres duquel sont projetées des images de Londres, Paris, Istanbul… cela suffit à nous faire voyager, autant que les chapeaux (melon, panama, fez, …), arborés par Claude Aufaure, Jean-Paul Bordes, Dominique Daguier et Pierre-Alain Leleu. Les musiques, choisies avec soin, illustrent et amènent le sourire de façon parfois inattendue.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai pris un immense plaisir à ce spectacle so délicieusement british et si britishement délicieux. Tout comme les comédiens qui visiblement s’amusent et offrent un jeu généreux et tourné vers le public. Le tout avec une élégance et un bon goût typiquement anglais.

God save the theater…

Voyage avec ma tante, mise en scène de Nicolas Briançon

Adaptation scénique du roman de Graham Greene par Giles Havergal

Avec Claude Aufaure, Jean-Paul Bordes, Dominique Daguier et Pierre-Alain Leleu.

Théâtre de la Pépinière, rue Louis le Grand Paris 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s