Les fiancés de Lôches – Feydau- MES Hervé Devolder

Les Gevaudan reviennent à Paris ! Qui sont-ils ? Un fratrie de provinciaux plutôt mal dégrossis, qui viennent à Paris pour trouver un mari ou une femme. Laure, Eugène et Alfred Gévaudan, donc, sont aussi  gentils que naïfs. Tellement naïfs qu’ils se trompent et arrivent non pas dans une agence matrimoniale mais dans une agence de placement. Séraphin, l’employé de l’agence, les confond avec des domestiques et les envoie chez le docteur Saint Galmier qui cherche justement trois domestiques. Saint Galmier doit se marier, mais sa maitresse Michette, charmante cocotte aussi naïve que déterminée à épouser son amant, débarque folle de rage chez  Saint Galmier qu’elle croit être colonel et qui lui a promis le mariage, ainsi qu’à Léonie, jeune fille de bonne famille bien déterminée elle aussi, à épouser son galant…

Tous les ingrédients du vaudeville sont réunis : les quiproquo, les rebondissements, les  chassés-croisés, les situations virevoltantes et burlesques. Feydau c’est Un fil à la patte, Le dindon, La dame de chez Maxim… La puce à l’oreille… autant de classiques mille fois joués. Mais ces Fiancés de Loches sont une parfaite illustration de l’adaptation réussie : en transposant les répliques en couplets malicieux et fort drôles, Hervé Devolder (musique et mise en scène) et Jacques Mougenot  (adaptation et couplets) réussissent la gageure de transformer la pièce en une comédie-opérette virevoltante et colorée. Les mélodies d’ailleurs restent dans la tête bien après la fin de la pièce (j’en veux pour preuve mes fredonnements incessants des airs de Michette, du Jeudi c’est samedi, ou de la Migraine…).

Les acteurs-chanteurs s’en donnent à cœur joie, chantent à tue-tête (sans fausse note, c’est un vrai plaisir), s’amusent visiblement avec leurs personnages et jouent délicieusement avec et pour les autres, dans un parfait échange. Je donnerai une mention spéciale à Charlotte Filou en Michette chatoyante et provoquante, à Christine Bonnard en Laure Gévaudan un peu (beaucoup) cruche mais complètement attendrissante. Tous les autres sont au diapason et la mise en scène, tournoyante, bondissante, la musique entrainante et gaie, gaie, gaie, les costumes colorés et superbes, les décors ingénieux (quelques retournements et une banquette se transforme en baignoire), les lumières efficaces font de ces Fiancés de Loches une petite merveille à ne pas rater cet été. La preuve, je l’avais déjà vu l’an dernier, et j’y suis retournée cette année (en y entrainant mon ado qui a a.do.ré) sans la moindre lassitude et avec toujours autant, voire plus, de plaisir.

 

Les fiancés de Lôches, Georges Feydau.

Adaptation de Hervé Devolder et Jacques Mougenot.

Avec  Adrien Biry-Vicente, Christine Bonnard, Arnaud Denissel ou Hervé Devolder, Fabrice Fara, Charlotte Filou, Clara Hesse, Patrice Latronche, Claudine Vincent, Franck Vincent ou Guillaume Boudeche.

Musiciens  Thierry Boulanger ou Daniel Glet Marianne Devos, Benoît Dunoyer de Ségonzac.

Théâtre du Palais Royal jusqu’au 6 septembre 2015.

Une réflexion sur “Les fiancés de Lôches – Feydau- MES Hervé Devolder

  1. Pingback: Alexis Rostand de Bergerac. | Théâtr'elle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s