« Vous êtes impayable ! Non, je suis impayé. » Le faiseur, MES Emmanuel Demarcy Mota

Photo JL Fernandez

Auguste Mercadet est une Faiseur : il emprunte, fait patienter ses créanciers, miroiter des profits aux uns et des rêves aux autres. Il raconte des histoires, bonimente, flatte, invente mille et une excuses pour ne jamais honorer ses dettes, emprunter encore plus. Auguste Mercadet est un homme riche de vent, jamais à court d’idée et de mensonge, toujours en équilibre sur le fil de la faillite ou de la fortune.

Paraître riche, c’est attirer les créanciers, faire des envieux, des jaloux, se faire aimer des prêteurs qui rêvent de devenir, à leur tour, riches comme Mercadet. Alors il vend : il vend du rêve, il vend sa fille, la fade Julie à un riche héritier (qui se révèlera être un coureur de dot, un apprenti-faiseur, lui aussi). Mercadet vend du vent et tout le monde achète.

Vous connaissiez Balzac le réaliste, voici Balzac le dramaturge farceur qui fait virevolter treize personnages dans une comédie mordante au cynisme insolent. Le ton est vif, les répliques fusent, nous sommes dans un vaudeville financier ou chacun ment et appâte l’autre, et en particulier Mercadet, personnage central fascinant d’aisance dans le mensonge et l’affabulation.

Photo JL Fernandez

Photo JL Fernandez

Emmanuel Demarcy-Mota a imaginé une magnifique farce où le cynisme est tourné en burlesque, où les personnages deviennent risibles, pathétiques, ridicules, et même attendrissants, parfois, dans leur quête d’enrichissement. Serge Maggiani est un superbe Mercadet, froid, aimable, affable, parfaitement hypocrite et calculateur. A ses cotés, Valérie Dashwood (Madame Mercadet) est une délicieuse bourgeoise alcoolisée tandis que Jauris Casanova impressionne en amoureux transi-clown triste. Tous les autres sont au diapason et composent une galerie de personnages tragi-burlesques étonnants de drôlerie. Ils chantent aussi : des intermèdes viennent ponctuer la pièce avec entre autres Money des Pink Floyd ou de Abba, apportent encore plus de modernité à ce texte intemporel.

Modernité aussi dans les costumes contemporains et le décor, tout en pans inclinés qui se lèvent et se rabattent au fil du texte, mettant les comédiens sans arrêt en équilibre fragile, tout comme l’est le cours de la bourse ou la situation de Mercadet. N’oublions pas les superbes lumière et scénographie de Yves Collet, toutes en clairs-obscurs, rais lumineux et froids, véritable plaisir des yeux tout autant que la mise en scène.

Un vrai plaisir donc, que ce Faiseur drôlement cynique et cyniquement drôle.

Le faiseur, texte de Honoré de Balzac

Mise en scène Emmanauel Demarcy-Mota

Avec Serge Maggiani, Valérie Dashwood, Sandra Faure, Pascal Vuillemot, Gaëlle Guillou, Céline Carrère, Jauris Casanova, Philippe Demarle, Stéphane Krähenbühl, Sarah Karbasnikoff, Gérald Maillet, Charles-Roger Bour, Walter N’Guyen.

Une réflexion sur “« Vous êtes impayable ! Non, je suis impayé. » Le faiseur, MES Emmanuel Demarcy Mota

  1. Pingback: LE FAISEUR – Honoré de Balzac – MES Robin Renucci avec Les Tréteaux de France | Théâtr'elle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s