Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt – Lapidée, MES par Jean Chollet-Naguel

lapideeaffiche

Un homme jette une femme dans une cave, lui confisque son passeport, son téléphone, et ferme la porte sur elle. Elle est enfermée. Elle, c’est Anneke ; elle est médecin, hollandaise, et a épousé quelques années plus tôt Abdul, médecin lui aussi, ils ont deux petites filles, et se sont installés au Yemen, pays d’Abdul. Anneke ne veut plus d’enfants et souhaite se consacrer à la médecine ; elle refuse qu’Abdul, qui ploie depuis leur retour sous les traditions et la pression maternelle, prenne une deuxième femme. Elle se voit enfermée, accusée d’adultère et menacée de lapidation. Nouria, la sœur d’Abdul vient régulièrement la voir, un dialogue s’instaure entre les deux femmes, abasourdies et révoltées par l’obscurantisme d’Abdul.

Ainsi commence Lapidée, qui aborde un thème lourd et se veut une condamnation, certes nécessaire et indispensable, d’une coutume archaïque et barbare qui perdure encore dans 12 pays du monde. Dans une scénographie joliment étudiée (les murs de pierre, quelques lucarnes, des sacs) et joliment éclairée, les 3 comédiens incarnent avec justesse les personnages. Pauline Klauss est Anneke, elle oscille entre inconscience, déni, colère, révolte et renoncement. Karim Bouziouane est un mari (Abdul) tiraillé entre ses racines et l’éducation occidentale qu’il a reçue. Nathalie Pfeiffer, enfin, incarne magnifiquement Nouria, la sœur, l’amie, la confidente, qui ne peut que subir le poids d’une tradition ancrée dans son éducation.

Ceci dit et malgré l’interprétation convaincue des comédiens, la femme que je suis est restée en dehors la plupart du temps. Comment ne pas être touchée par cette dénonciation ? Plus j’y réfléchis plus j’en arrive à ces explications : l’utilisation régulière de bande-son et de conversations en voix-off ont freiné mon adhésion ; elles créent une distanciation entre le spectateur et les faits, tout comme le traitement manichéen, très occidental. Ici la femme lapidée est européenne, blanche, éduquée, fille d’une journaliste et d’un avocat, sa famille mobilisera pour elle la presse internationale (certes en vain). En face, son mari est partagé entre ses convictions et la pression sociale, il lui permet d’ailleurs de s’enfuir quelques heures pour voir une dernière fois ses enfants (et elle revient !) ; il lui propose ensuite de disparaître et de faire accuser et tuer Nouria, sa propre sœur (« Et alors ? Elle est vieille et sans enfants !  »).

L’opposition frontale Occident = éducation, progrès, liberté / Orient = intégrisme, barbarie, archaïsme est à mon goût trop sommaire. J’aurais aimé plus de nuances, moins de frontalité, que d’autres traditions orientales bien plus belles et généreuses soient aussi évoquées. De même, l’idée de réduire, au début, le procès en lapidation à une machination imaginée dans le seul but d’éviter un divorce en Europe donc coûteux amoindrit la violence du propos : ce ne sont plus uniquement des traditions barbares et séculaires qui provoquent le procès mais un cynique calcul financier.

Aujourd’hui des femmes sont encore lapidées, des femmes anonymes, des femmes sans éducation, sans défense, des femmes sans armes, des femmes réduites en poussière au nom de sentences stupides assénées par des brutes arriérées. Hier j’aurais aimé voir une femme yéménite, une femme népalaise, une femme nigériane, malienne, soudanaise, afghane, pakistanaise, iranienne, kurde, émiratie, saoudienne, une de ces femmes dont trop souvent les media occidentaux ne se préoccupent pas.

En somme, Lapidée est une pièce certes touchante, et évidemment nécessaire, mais dont la forme (décors étudiés, écriture, histoire des personnages) a pris à mon sens le dessus sur le fond.

lapidee2

Lapidée, de et par Jean Chollet-Naguel

Comédie Bastille
Avec Nathalie Pfeiffer, Pauline Klaus, Karim Bouziouane

Voix off : Roland Giraud

lapidee1.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s