Entre passé pas si simple et présent toujours compliqué, un cabaret drôle et nécessaire

f227a9_1ed4b2e28cd943a69f47a6eeaba518de

Depuis 2012 le petit cabaret-spectacle écrit en hommage à Simone Veil et le féminisme tourne à Paris et en France. De retour au Studio Hébertot avec une nouvelle distribution, le spectacle nous embarque dans 40 ans de féminisme à travers 4 générations de femmes. Pendant 1 heure 20, le public s’attache à Marcelle, Giovanna, France, leurs filles et petites filles, pendant que la narratrice, Simone, présente ces différents stéréotypes de l’évolution de la femme depuis 1950 et les dates clefs de la condition féminine (discours de Simone Veil à l’Assemblée Nationale, procès de Bobigny, Manifeste des 343 salopes, …).

En passant par Marcelle, l’ouvrière peu instruite des années 50, battue par son mari et engrossée tous les ans (« Vous vous rendez compte ? Six mois après le dernier. J’ai l’impression d’être un four à pain. Y’a une fournée qui sort, y’en a une autre qui rentre ».), Framboise la parfaite mère au foyer des années 90 (« Alors c’est ça le nouveau combat des féministes ? Changer la taille du bonnet ? ») ou encore Fanfan l’avocate des années 2010 (« Je peux vous assurer que le salaire n’est pas sexuellement transmissible. Il gagne toujours 27% de plus que moi ».) le spectateur s’attache à ces portraits toujours drôles et souvent touchants. Drôles parce l’humour est toujours incisif, truffé de jeux de mots ou de contrepèteries, touchants parce que, à travers ces luttes décisives comme le droit de vote, le droit de travailler, le droit à l’avortement, l’égalité hommes-femmes, la pilule, etc, on ne peut que se rappeler combien rien n’est acquis et surtout combien les femmes ont dû se battre pour obtenir, caillou après caillou, les droits les plus élémentaires qui aujourd’hui paraissent innés aux jeunes filles nées au XXIème siècle mais qui sont encore souvent fragiles.

Avec une mise en scène et un décor dépouillé (des tabourets en forme de chiffres évoquent les années qui passent (1950, 1970, 1990, 2010), des projections videos (discours de Simone Veil, publicités Moulinex des années 50, …) le texte est incarné par les 4 comédiennes très inspirées qui s’amusent visiblement dans leurs compositions respectives. Les chansons populaires réécrites au goût du thème (« Oui Tchador » sur l’air de « Oui j’l’adore » de Frédéric Loiseau, « Libido » sur la musique de « Bambino », ou bien « Veil », sur l’air de « Belle », …) accompagnées de répliques mordantes qui fusent sans aucun temps mort font mouche et touchent le public à tous les coups.

C’est frais, c’est drôle, et c’est surtout nécessaire.

simoneveille1-2

Photo JoGood

Et pendant ce temps Simone veille,

De Trinidad,Corrine Berron, Hélène Serres, Vanina Sicuranti, Bonbon

Mise en scène Gil Galliot

Avec Trinidad, Agnès Bove, Serena Reinaldi, Fabienne Chaudat

Studio Hebertot du 26 avril au 26 juin 2016

Réservations au 01.42.93.13.04

Une réflexion sur “Entre passé pas si simple et présent toujours compliqué, un cabaret drôle et nécessaire

  1. Pingback: La liste de mes envies | théâtr'elle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s