Fascinante et troublante Griselidis

griselidis affiche

Griselidis Real est morte d’un cancer à l’âge de 76 ans. Poétesse, peintre, elle était aussi prostituée et est devenue, au fil de ses publications et déclarations, un des emblèmes du féminisme qui a toujours défendu les prostituées et leur profession, défendant le rôle humain, social de la profession.

On ne se remet jamais d’une enfance massacrée

Coraly Zahonero s’attaque à ce récit avec détermination et douceur à la fois. Accompagnée de deux musiciennes, Hélène Arntzen au saxo et Floriane Bonnani au violon, elle incarne la prostituée avec un mimétisme étudié jusque dans les moindres détails : coiffure, maquillage, bijoux et un petit accent suisse mâtiné d’une légère gouaille. Tour à tour provocante, humaine, douce, crue, elle raconte les clients, les bossus, les petits, les brutes, ceux qui veulent parler, ce qui veulent se sentir aimés. Elle raconte aussi son enfance, sa mère , le divorce, la fuite, la prison, et comment elle est devenue, elle a choisi, de se prostituer.

On ne fait pas l’amour, on soulage des hommes qui ont besoin de nous

L’atmosphère est cosy, tamisée, et la mise en scène est savamment étudiée : les intermèdes des musiciennes viennent adoucir en temps venu le récit, les silences savamment dosés de Coraly Zahonero apportent respiration et laissent planer les mots en suspens dans la salle. Des mots qui sont crus parfois, tendres souvent, et le récit devient saisissant d’humanité et de ferveur, d’humilité et de charisme. Dans la dernière partie, Grisélidis s’adresse à son amant disparu et le texte devient d’une sensualité troublante magnifiquement poétique.

Que dire de plus ? On se régale devant la magnétique Coraly Zahonero, l’humour toujours savamment distillé, la dénonciation de la morale bourgeoise et hypocrite qui combat la prostitution et l’utilise en même temps. Une femme singulière, donc, hors normes, que la sociétaire du Français rend encore plus fascinante, humaine, troublante.

Griselidis, de et avec Coraly Zahonero

Violon : Florianne Bonanni

Saxophones Hélène Arntzen

Théâtre du Petit Louvre

Festival OFF Avignon, du 7 au 30 juillet, à 18h15

Réservations au 04 32 76 02 79

On peut aussi découvrir les dessins de Griselidis Réal à la Maison Ripart, 28 rue Bonneterie, Avignon. Une présentation du spectacle par Coraly Zahonero aura lieu au magasin FNAC le 14 juillet à 17h.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s