Sous les pavés, l’espoir

visuel-vierge-parlons-dautre-chose-72

C’est un cri choral, un appel polyphonique, 9 voix qui s’élèvent au Funambule Montmartre après Avignon et le théâtre de Belleville. Ce cri, ce sont 9 lycéens qui le poussent. Huit filles et un garçon, tous en terminale L dans un lycée de bon niveau. Ils commencent par se présenter : ils ont entre 17 et 20 ans, plus tout à fait adolescents, pas encore pleinement adultes, ils parlent.

Génération désenchantée

La peur, l’angoisse, l’avenir. Une génération qui voudrait se brûler les ailes mais a trop peur de s’envoler. Une génération qui n’ose même pas rêver à son avenir tant elle sait qu’il sera fragile, une génération qui veut enterrer son enfance mais est pétrifiée par ce qu’elle devine. Trop lucides pour avoir des illusions, ils ont grandi avec la crise. Ils ne veulent pas réussir, ils veulent juste s’en sortir. Pour se protéger, ils vivent en bande : toujours ensemble, même quand ils sont séparés, ultra-connectés, ultra-soudés, même pendant leur sommeil : ne jamais couper, ne jamais se séparer, veiller les uns sur les autres, se tenir par la main, par le clavier, par la pensée, être ensemble. Eriger des rites, des règles, des jeux, créer un clan, un cocon. Mais un soir, le cocon éclate, le rite dérape. Et tout est remis en question.

Impressionnant travail de groupe

De la rencontre de l’auteure Léonore Cofino (Ring, Building, Le poisson belge) et la metteur en scène Catherine Schaub avec le collectif Birdland est né Parlons d’autre chose. De leurs discussions, échanges, Léonore Cofino a tiré extraits et phrases, réuni des questions, retranscrit des peurs. Il en ressort un récit fiévreux, frappant, le récit sans fards des espoirs incertains qui font avancer ces 9 jeunes, des doutes qui les font reculer, des peurs qui les clouent au sol. La mise en scène de Catherine Schaub, physique, intense, nerveuse, entrecoupée de chansons et chorégraphies ne laisse aucun temps mort et entraine le spectateur dans une saisissante danse fébrile et exaltée. Au service de ce texte collectif et sa mise en scène incisive, les jeunes du Collectif Birdland : passionnés, vifs, engagés, les neufs comédiens se donnent totalement : regards déterminés et corps nerveux, ils sont totalement engagés sans jamais déborder inutilement, apportant chacun un zeste ici de fougue, là d’émotion, là-bas de colère ou de désir. Jouant les uns avec et pour les autres, toujours au service du texte et du message, au service du groupe, ces neufs jeunes là nous laissent étourdis devant tant de talent, devant tant de justesse.

On en ressort à la fois hébété et souriant, confiant, quelque part, en cette part de jeunesse et de détermination. Parce que ces jeunes là, on a au final très envie de leur confier les clefs du monde de demain. De croire en eux. Parce qu’ils ont en eux, justement, une force et un désir incroyables de bâtir ensemble un monde qui leur ressemble, qui les rassemble, et qui leur appartiendra.

Parlons d’autre chose

De Léonore Cofino avec le Collectif Birdland

Mise en scène Catherine Schaub

Avec : Aliénor Barré, Solène Cornu, Marion de Courville, Faustine Daigremont, Thomas Denis, Marguerite Hayter, Elise Louesdon, Camille Pellegrinuzzi, Léa Pheulpin et Mélanie Sitbon.

Funambule Montmartre

Jusqu’au 1er avril 2017

Réservations au : 01 42 23 88 83

 

 

2 réflexions sur “Sous les pavés, l’espoir

  1. Pingback: Que voir à Avignon cet été ? | Théâtr'elle

  2. Pingback: EDDY MERCKX A MARCHE SUR LA LUNE, de Jean-Marie Piemme, MES Armel Roussel | Théâtr'elle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s