QUELQUE CHOSE, de Capucine Maillard – Ciné 13 Théâtre

Sur le chemin de la résilience

♥♥♥

QUELQUE-CHOSE_3528967468048333669.jpg

Elles sont quatre, elles ne se connaissent pas, ne savent rien ni des unes ni des autres. Leurs vies sont aussi éloignées que leurs caractères, aussi radicalement différentes que leurs vécus. Pourtant, un jour, Victoria, Cléopâtre, Lucie et Michèle vont se croiser au détour d’un groupe de parole, un groupe de survivants au sein duquel elles veulent enfin se libérer du poids qui les étouffe, qui les entrave et rend de plus en plus irrespirables leurs vies soigneusement protégées par des masques factices. Quatre femmes qui ont chacune vécu l’innommable, quelque chose qui les empêche d’avancer et les force à errer tant bien que mal sur un chemin chaotique où le traumatisme est enterré avec application.

Capucine Maillard a écrit Quelque chose et demandé à Andréa Bescond, après une représentation des Chatouilles, dont nous avions parlé ici, de mettre en scène l’histoire de ces femmes, une histoire à la fois sombre et belle, où l’on y parle de petits pas faits peu à peu sur le chemin de la résilience. Avec des moyens a minima, un décor épuré à l’extrême (quelques fûts de bière et zéro accessoire), Andréa Bescond arrive à transposer Cléopâtre, Lucie, Michèle et Victoria du Canal Saint Martin à un bar obscur. Avec seulement le jeu convaincu, ardent, sincère de Jade Phan-Gia, Carole Sauret, Luc Alenvers, Claire Guillamaud et Capucine Maillard, nous voilà suivant avec empathie les histoires croisées de ces 4 survivantes et des murailles qu’elles ont érigées entre elles et ce Quelque chose : anorexie, agressivité, façades faussement bourgeoises et bien rangées, quête d’un ailleurs où il ferait bon (sur)vivre, Capucine Maillard dessine de façon lucide et sans pathos les blessures que ces 4 femmes tentent de maquiller et la trop fragile armure qu’elles érigent entre elles et leurs souvenirs.

Il y est question de douleurs, de blessures, il y est question de 4 femmes qui chacune tente de se persuader qu’elle est plus forte que la brûlure. Mais seuls les mots et la vérité enfin affrontée permettent d’avancer et cette rencontre improbable fera d’elles des guerrières. On n’enfouit plus la douleur, on l’extirpe, on l’affronte, et on la vainc. Un sujet grave traité avec pudeur et recul, humour et tendresse. Un sujet grave traité avec un petit Quelque chose indicible fait de sincérité et d’émotion qui prouve encore que le théâtre existe aussi pour ça : témoigner, transmettre et partager.

Quelque chose, de Capucine Maillard

Mise en scène : Andréa Bescond

Avec : Jade Phan-Gia, Carole Sauret, Luc Alenvers, Claire Guillamaud, Capucine Maillard

Au Ciné 13 Théâtre 

Jusqu’au 26 mars

Réservations au 01 42 54 15 12

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s