L’huître – Didier Caron – Festival de Maisons Laffitte

affiche-huitre00.jpg

A jaloux, jalouse et demi

Le XXVIème festival de théâtre de Maisons Laffitte ouvre ce soir ses portes sur les chapeaux de roues, avec une comédie fichtrement efficace et rythmée qui fera le bonheur des amateurs de boulevard. Un boulevard (presque) (pas) franchement classique où l’on ne trouve pas d’amant dans le placard ni de maitresse derrière la porte, mais, au contraire, un mari et une femme, mariés depuis un peu trop longtemps sans doute, qui vont tous les deux inventer une fausse liaison histoire de rendre leur conjoint jaloux. Nous aurons donc un faux amant (l’ami de la mariée, embarqué bien malgré lui dans cette histoire qui le dépasse), une fausse maîtresse (comédienne très très niaise qui cachetonne là où elle peut), une femme bafouée qui veut se venger et un mari vengeur parce qu’il est bafoué.

Vous suivez ?! Eh bien il le faudra car de toute façon vous serez immanquablement entrainé dans cette comédie sacrément rythmée, jouée avec une énergie virevoltante et une joie évidente. Les répliques s’enchaînent à coup de formules désopilantes (même si, il faut l’avouer, certaines tombent à plat, le mieux étant l’ennemi du bien), assenées avec force conviction et ardeur par des comédiens survoltés qui jamais ne sur-jouent. Un exercice délicat réussi.

Parmi eux, l’excellente Christelle Furet (Sophie, l’épouse) : tout comme ses partenaires Melissa Gobin-Gallon (Cindy, la fausse maitresse) ou Xavier Devichy (le mari) on l’avait déjà remarquée dans l’hommage à Molière (Terriblement Molière) monté par la Compagnie Les enfants terribles l’an dernier. Ici, elle nous épate littéralement : diction, énergie, justesse, précision, un sans faute remarquable. Les autres ne sont pas en reste mais on ne peut s’empêcher de voir là une candidate sérieuse au prix d’interprétation féminine du Festival.

C’est bon, c’est drôle, c’est efficace, avec un coté Au théâtre ce soir (totalement assumé par Vincent Messager, le metteur en scène, qui a voulu rendre hommage aux 50 ans de l’émission), et une sacrée dose de peps. On avait adoré Pyjama pour six (monté il y a quelques années par la même compagnie), on aime beaucoup cet opus là qui, s’il n’a pas la même implacable mécanique signée Marc Camoletti, n’en reste pas moins un sacré bon morceau.

Maisons Laffitte, décidément, ça commence fort.

 

 

L’huître, de Didier Caron

Mise en scène de Vincent Messager

Compagnie Les enfants terribles

Avec Christelle Furet, Melissa Gobin-Gallon, Xavier Devichy, Erwin Zirmy

A découvrir, aussi, au Festival d’Avignon OFF 2017 (Théâtre l’Arrache-Coeur, 16h45)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s