BOXE BOXE, Mourad Merzouki, Théâtre du Rond Point

boxe affiche.png

Hip Boxe poétique

On se souvient encore avec émotion et admiration de Pixel, dans lequel Mourad Merzouki entrainait ses spectateurs dans un ballet singulier mêlant Hip Hop et numérique. Avec Boxe Boxe, le chorégraphe revient à l’un des sports qu’il a pratiqués, enfant, et propose un spectacle décalé où le Hip Hop s’acoquine avec la boxe et la boxe vient appâter la danse.

La scénographie est minimale, mais efficace : un mini ring bordé de rubans de fer forgé, quelques punching balls et autres gants suspendus doucement éclairés par un clair-obscur signé Yoan Tivoli, forcément ravissant, qui souligne, épouse, les mouvements des huit danseurs de la Compagnie Käfig : tous excellents bien sûr, maitrisant leurs mouvements, et leurs corps, à la perfection, sachant esquiver autant que vriller, enchainer les tracks autant que les feintes, sans oublier le danseur / arbitre / clown délicieusement affublé d’un ventre-punching-ball, à la fois drôle et attendrissant. On adore le personnage.

Une partition à la fois poétique et énergique, joliment accompagnée par le quatuor Debussy : Schubert, Ravel, Verdi, Glenn Miller, AS’N. La juxtaposition est poétique, souvent jolie, décalée, le contraste surprenant… mais on aurait aimé, sans doute, un mariage encore plus explosif, quelques déraillements de ce même quatuor qui aurait pu, lui aussi, partir un peu plus en vrille plutôt que ramener aussi sagement les danseurs dans les rangs du classique. Davantage de fêlures dans ce mariage finalement un peu trop arrangé, davantage de lignes dépassées, de folie et d’uppercuts ravageurs.

C’est beau, c’est maîtrisé au pas près, parfaitement calculé jusque dans un absolument magnifique solo final, c’est entraînant et souvent amusant. Certes. Il manque peut-être, cependant, cet effet coup de poing qui nous avait fauchés, terrassés, laissés KO avec le poids lourd Pixel, des jours, voire des semaines (ou plus) après l’avoir vu.

Un mariage des corps et de la danse qui se laisse voir avec bonheur, en attestent les nombreux applaudissements et bravo lors des saluts, mais dont on s’aperçoit, quelques jours après, qu’il n’en reste que peu de choses. Alors qu’avec Pixel…

 

Boxe Boxe, de Mourad Merzouki

Conception musicale Quatuor Debussy et AS’N

Avec Diegos Alves dos Santos dit Dieguinho, Remi Autechaud dit RMS, Guillaume Chan Ton, Aurélien Chareyron, Aurélien Desobry, Fréderic Lataste, Cécilia Nguyen Van Long, Teddy Verardo.

Musiciens : Christophe Colette, Cédric Conchon, Vincent Deprecq, Marc Viellefon

Théâtre du Rond Point, jusqu’au 18 juin

Réservations au 01 44 95 98 00

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s