APRÈS UNE SI LONGUE NUIT Michèle Laurence MES Laurent Natrella, Festival d’Avignon OFF 2017

APRES-UNE-SI-LONGUE-NUIT--JPG_3621437525823654260.jpg

Fratrie écartelée

Quatre enfants issus d’une famille hors normes, quatre enfants adoptés, tous les quatre nés de la guerre ou de la souffrance. Sarah est la petite juive, privé de famille après un attentat à Jérusalem. Samir est musulman et a vu sa vie partir en éclats à Bagdad. Emmanuel-Tékitoi a survécu au massacre d’une église en Afrique et Pierrot, lui, est né d’une autre misère : il a été abandonné dans une décharge à Aubervilliers. Quatre existences qui n’auraient pu jamais se croiser sans l’amour inconditionnel de Jean et Manou, le couple qui a désiré les adopter,  les a aidés à grandir. Ils se retrouvent des années après, adultes, au chevet de Manou, mourante.

Une bien jolie pièce, toute en sensibilité, sur la construction identitaire de ceux qui sont nés de la guerre et de la perte. Le texte alterne entre passé et présent, et raconte par fragments l’enfance de ces quatre gamins, entre chamailleries enfantines, colères identitaires, rejets et réconciliations fraternelles. Au fil des scènes se dessine le tableau de quatre écorchés qui seront devenus des adultes à force de résilience et de pardon grâce à l’amour d’une mère. Une fratrie volcanique née sur les braises de la guerre et sauvée par l’amour. Et si l’histoire pourrait paraître cousue de fil blanc, improbable, surfer sur les clichés, parfois trop elliptique, elle est au contraire rendue très juste grâce à la mise en scène habilement dépouillée de Laurent Natrella : le décor est blanc et composé de cubes horizontaux ou verticaux dont joueront astucieusement les comédiens. Un effet d’épure qui ne vient pas surcharger l’histoire mais au contraire s’effacer et se mettre au service des comédiens, tous excellents, tous oscillant très subtilement entre enfance et jeunesse, querelles intestines d’une fratrie et difficulté à se retrouver une fois devenus adultes.

Le tout offre un joli moment, une histoire touchante et émouvante jamais excessive et toute en tendresse. Une tendresse dont on a très envie, parfois, et qui met du baume au cœur.

 

Après une si longue nuit, de Michèle Laurence

Mise en scène Laurent Natrella

Avec Elodie Menant, Slimane Kacioui, Maxime Bailleul, et Olivier Dote Doevi

Festival d’Avignon OFF 2017,Théâtre du Roi René

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s