O DIEUX – Stefano Massini, Festival d’Avignon OFF 201 – 11 Gilmamesh

Une guerre, trois visages

C’est dans une Jérusalem incandescente que se situe O Dieux, sous la chaleur de la ville et les brûlures de la guerre. Trois femmes y vivent sans se rencontrer : il y a Sirin, la jeune palestinienne candidate à l’attentat suicide enfermée dans une colère vengeresse, Eden, la professeur d’histoire juive, femme éduquée qui se refuse à haïr aveuglément, et Mina la militaire américaine envoyée par son pays dans une guerre qui n’est pas la sienne et qu’elle observe sans la comprendre.

Marie-Cécile Ouakil, comédienne protéiforme

Elles racontent, chacune leur tour : les attentats et la peur qu’ils réveillent à chaque coup de feu, (Eden), la colère, la volonté de détruire au nom d’une idéologie sacralisée (Sirin) ou le devoir à accomplir et la lutte contre le terrorisme (Mina). Elles sont trois et pourtant c’est une seule femme qui est sur scène : la comédienne Marie-Cécile Ouakil incarne tour à tour les trois jeunes femmes. Un foulard sur la tête, sur les épaules ou bien tendu comme une arme suffira à la métamorphoser, tout comme un regard, un corps qui se tend ou des cheveux que l’on lâche. Etonnante, elle passe de l’une à l’autre avec une agilité déconcertante et incarne la colère, la haine, l’incompréhension ou l’empathie de chacune de ces trois femmes avec justesse et sans surjeu. Brillante.

Texte fort et éducatif

Avec pour tout décor quelques portants transformables en bar, en vestiaire, en poste  frontière, des lumières tamisées ou plus crues, Kheireddine Lardjam signe une mise en scène alerte et vive qui tient le spectateur en haleine jusqu’à l’inéluctable  et tragique issue. Captivant et éducatif, le spectacle de l’italien Stéfano Massini est joué dans des prisons, des maisons de quartier : un texte édifiant dont la force réside aussi et surtout dans sa neutralité qui refuse de porter un quelconque jugement sur le conflit israélo-palestinien. On reste témoin attentif de ces trois portraits de femme qui se répondent et se croisent : des récits réunis qui composent un triptyque juste et puissant sur une guerre interminable, et surtout sur les vies et les rêves brisés net, déchiquetés par la colère des hommes. Nécessaire.

 

O Dieux, de Stéfano Massini

Mise en scène Kheireddine Lardjam
avec Marie-Cécile Ouakil 

Création son : Pascal Brenot
Création Lumière : Manu Cottin
Scènographie d’Estelle Gautier

Festival d’Avignon OFF 2017, au 11 Gilmamesh

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s