ÇA RESTE ENTRE NOUS ?

20170821_213342.jpg

J’assistai il y a quelque temps à un spectacle à la fin duquel l(es)’artiste(s) demandai(en)t, juste après les saluts « Si ça vous a plu, parlez-en autour de vous, sur les réseaux sociaux ! Et si ça ne vous a pas plu, et bien… ça reste entre nous, d’accord ?! »

La demande est devenue courante et il est évident que oui, les artistes ont besoin du bouche à oreille pour se faire connaître. Mais quand j’ai entendu cette phrase finale, lâchée d’un air complice et le sourire en coin « Et si ça ne vous a pas plus, ça reste entre nous, d’accord ? », j’ai failli lever la main et demander : POURQUOI ?

Pourquoi ne devrait-on pas dire que l’on n’a pas aimé un spectacle ?

Certes, se faire entendre, connaître, reconnaître, dans la multitude des spectacles n’est effectivement pas une mince affaire et le bouche à oreille et les réseaux sociaux sont un vecteur de plus en plus nécessaire voire indispensable pour la majorité des productions. J’en conviens aisément et je participe d’ailleurs du mieux que je peux à encourager mes proches à aller voir les spectacles que j’ai aimés.

Certes, une critique négative peut plomber un spectacle. Je pense notamment aux petites productions qui ont besoin de bouche à oreille faute d’exister déjà dans la lumière et pâtiraient de critiques sévères. En revanche, cet air complice, là, l’air de rien, genre « t’a pas aimé ? Pas grave, mais ne le dis pas à tes amis, tu comprends j’ai besoin de remplir » eh bien moi, ce soir-là, ça m’a tracassée.

J’y ai repensé plus d’une fois, jusqu’à me souvenir d’une soirée il y a quelques années : mon conjoint et moi cherchions une pièce à aller voir avec un autre couple d’amis. Titre, metteur en scène et distribution aguichante aiguisèrent notre appétit.  Outre le prix (en l’occurrence élevé) des 4 places, nous rajoutâmes le coût de la baby-sitter (je fais grâce du verre pris après, soyons magnanimes) (un vin sud-africain aux « saveurs chocolatées »…) (même pas bon, d’ailleurs, mais là n’est pas la question) . Une soirée donc à environ 120 euros par couple.

C’était mauvais.

Très. Encore plus que le vin.

Tant pis, nous n’avions plus qu’à déplorer notre naïveté et nous promettre de ne plus nous fier aveuglément aux critiques lues ça et là, et cuver notre vin cacaoté.

Aller au spectacle n’est pas un acte anodin ni gratuit. On ne va pas au théâtre comme on va déjeuner le dimanche chez sa belle-mère. On se prépare, on réserve, on attend. On paie, il arrive qu’on fasse un écart, une folie. On n’a pas toujours moins de 26 ans, pas encore plus de 60, pour peu que l’on sorte à deux, que l’on ne soit pas toujours invité en tant que blogueur (je mesure encore cette chance de recevoir des invitations même si je continue de payer la majorité des spectacles) (et c’est finalement une bonne façon de garder les pieds sur terre). On paie, donc, et c’est bien normal, j’ai suffisamment d’amis intermittents pour être parfaitement consciente des difficultés que rencontrent les artistes et pour savoir que tout travail mérite salaire, tout simplement. Mais ne nous demandez pas de garder « ça » pour nous. Nous sommes suffisamment intelligents pour savoir le dire en argumentant, en expliquant, en respectant. Et nous sommes suffisamment honnêtes pour ne pas mentir non plus. Je ne dirai jamais « Génial ! » à propos d’un spectacle que j’ai trouvé mauvais. Je penserai toujours à ces spectateurs, là-bas, ceux qui se font une joie d’aller au théâtre et paient leurs places en se régalant à l’avance d’une soirée réussie, ceux sans qui le spectacle vivant mourrait, tout simplement.  Mentir reviendrait à se ficher de leur tête, les prendre pour des pigeons et, in fine, décrédibiliser les blogs en général, même si je n’ai pas la prétention d’être maître ou expert en la matière, loin de là. Nous sommes spectateurs par passion, « critiques » amateurs par désir.

C’est l’objet de la plupart des blogs de théâtre. On écrit, on partage, on suggère. Pour nous, pour les amateurs de théâtre, les amoureux du spectacle vivant. En toute sincérité. En toute humilité.

Alors non. Non ça ne restera pas entre nous. On essaiera juste d’être respectueux du travail des artistes. Et des spectateurs.

6 réflexions sur “ÇA RESTE ENTRE NOUS ?

  1. Je te rejoins et l’on se fait régulièrement cette même remarque. Au théâtre, c’est la petite phrase sur Billetreduc (du coup, sur ce site, j’en viens à me dire que le spectacle est potentiellement moyen en-dessous de 9 sur 10 de « bravo » !) et, à l’hôtel, c’est Tripadvisor. Les comédiens et les hôteliers semblent escalves de toutes ces critiques mais des critiques sincères et nuancées seraient tellement meilleures… C’est d’ailleurs ce qui est appréciable sur AuBalcon, la palette des notes est bien plus grande ! S’il m’arrive de voir un spectacle moyen via le blog, j’essaie de bien expliquer et de faire attention à respecter le travail. Si j’ai trouvé le spectacle loin d’être recommandable, je l’explique à mon interlocuteur (c’est rare et je dis non dès que je pense que ce ne sera pas pour moi). Bien souvent, ils préfèrent que je ne publie pas. En tout cas, la question des critiques en ligne se pose…

    J'aime

    • Tu as raison. Je crois qu’en tant qu’artiste il faut accepter la critique et ne pas la craindre, car on en apprend toujours quelque chose. Et en tant que critique amateur il faut garder sincérité et humilité devant le travail accompli (même si parfois un coup de gueule ça fait du bien :). Et en tant que spectateur, se fier à son instinct, ses désirs, accepter aussi parfois, l’erreur de choix (bon parfois c’est rageant :). Au fil du temps, je sais de quels blogs je peux suivre les avis car souvent proches des miens. Et a contrario quels sont lesquels que je ne lis plus parce que trop éloignés de mes goûts et / ou façon de faire.

      J'aime

  2. Bravo… si tout n’est pas toujours bon à dire, dire ce que vous pensez, ce que vous ressentez après avoir vu un spectacle, le plus honnêtement possible, comme vous le faites est tout a fait adapté je trouve.
    Merci.
    Merci

    J'aime

  3. Bravo.
    Même si dire tout ce que l’on pense n’est pas toujours bon dire ce que l’on ressent après un spectacle me semble tout à fait adapté.
    Merci pour vos critiques

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s