MON ANGE, de Henry Naylor, MES Jérémie Lippman, Théâtre Tristan Bernard

ange affiche

Indispensable et poignant Mon Ange

Quand le rideau se lève sur la scène du Tristan Bernard, la scène est encore plongée dans l’obscurité. Dans le noir profond une voix s’élève, celle de Rehana, une jeune fille kurde qui vit dans la ferme familiale située à quelques kilomètres de Kobané et se rêve avocate en écoutant Beyoncé. La guerre, Daesh, sont encore pour elle de lointains échos indistincts et même si son père lui apprend à tirer, encore et encore, Rehana rêve malgré tout  d’un Kobané sans guerre. Il en ira autrement pour la jeune femme : un petit matin sa mère la réveille pour fuir en Europe, fuir la guerre, fuir Daesh. C’est le début d’un long périple pour Rehana qui sera arrêtée, vendue, exploitée, mais refusera finalement de fuir et deviendra combattante des forces kurdes dans leur combat contre l’État Islamique. Pour sauver son père, Rehana deviendra tueuse, Rehana sera sniper.

C’est difficile de décrire cette pièce tant on en ressort le cœur tremblant et le souffle court. Difficile et pourtant essentiel, tant la force du récit, l’interprétation sidérante de justesse de Lina El Arabi et la mise en scène de Jérémie Lippman laissent une trace  béante dans la mémoire des spectateurs, tous terrassés par le spectacle, inspiré de l’histoire vraie d’une jeune kurde. L’atmosphère est sombre, le décor composé d’un grand halo de plumes qui tombent des cintres : feuilles d’arbres autant que plumes des vautours qui viennent dévorer les morts, fantômes de ces mêmes morts, armes braquées contre la jeune femme, l’écrin flou est toujours subtilement (et magistralement) éclairé par les lumières à la fois menaçantes et envoutantes de Joël Hourbeigt. Juste, calculée et millimétrée, la mise en scène de Jérémie Lippman réussit à être fascinante sans jamais prendre le dessus sur l’histoire de Rehana, laissant toujours la comédienne et le texte au cœur du spectacle malgré la bande son,  le claquement des fusils et le bruit des explosions. Forcément violent, forcément effroyable, totalement hypnotisant.

Lina El Arabi, ou l’envoûtante révélation.

Une scénographie qui enveloppe le public, donc, autant que Lina El Arabi, exceptionnelle interprète qui vit les personnages qu’elle incarne au point d’en être toujours tendue comme un arc, mains crispées, port altier et regard brûlant.  Dans sa longue robe  noire, la jeune femme devient spectrale : l’angélique petite fille est devenu ange de la mort et ange-mémoire de milliers de victimes foudroyées par la guerre.

Un ange.

Indispensable.

 

Mon ange, texte de Henry Nailor

Mise en scène de Jeremie Lippman

Avec Lina El Arabi

Théâtre Tristan Bernard, jusqu’au 30 décembre 2017

Réservations au  01.45.22.08.40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s