ART – Yasmina Reza, MES Patrice Kerbrat

15113420664452_art-yasmina-reza_33164

Art : une pièce qui se bonifie avec le temps

Vingt-cinq ans après sa création à la Comédie des Champs Élysées, Art revient cette fois-ci au théâtre Antoine avec à nouveau Patrice Kerbrat aux commandes. La mise est scène est la même, mais aujourd’hui Marc Serge et Yvan sont interprétés par Charles Berling, Alain Fromager et Jean-Pierre Daroussin. Serge vient d’acquérir le tableau d’un artiste contemporain, un tableau entièrement blanc dont on distingue seulement quelques liserés tout aussi blancs. Son ami de longue date, Marc, ne peut concevoir que Serge ait pu payer un prix aussi exorbitant pour une « merde blanche ».

Si en 2018 le tableau qu’a acheté Serge ne vaut plus 200 000 francs mais 30 000 euros, il divise toujours autant ces trois hommes : une toile blanche de 1m60 sur 1m20 va fissurer une amitié vieille de plus de 20 ans. Entre l’amateur d’art contemporain, l’ingénieur ultra rationnel et terre à terre et le troisième homme qui refuse de trancher, le dialogue s’enlise et prend des allures de combat autour de l’art contemporain, de sa vacuité ou de sa nécessité, selon que l’un ou l’autre s’exprime. Mais au-delà de la simple question de l’art, Yasmina Reza dessine un autre tableau, celui d’une amitié qui s’effrite, d’une incompréhension qui peu à peu va faire exploser tout ce qui reliait ces hommes depuis des années. Ce qui est à voir n’est pas accroché sur un mur, c’est ce qui petit à petit remonte à la surface, affleure au fil des répliques acérées de Yasmina Reza. Ce qui est à voir c’est la peur du temps qui passe chez ces hommes, la peur de perdre des amis qui sont autant de repères et d’ancrages dans leurs vies. L’acquisition de ce tableau n’est que le détonateur d’un malaise qui menaçait de sourdre et vient comme une déflagration balayer l’ordre immuable auquel ils se raccrochent, Marc en particulier.

Ce trio qui se fissure est interprété avec finesse par le cru 2018 : Charles Berling campe un Marc à la fois terrien à la fois sanguin et sensible, Alain Fromager est un Serge esthète pas aussi snob qu’il le parait tandis que Jean-Pierre Daroussin donne beaucoup de mélancolie et de distance à Yvan. Les trois se complètent et donnent aux personnages l’épaisseur qui fait le suc de la pièce et ne la cantonne pas à une simple raillerie sur l’art contemporain. Une profondeur mise en exergue aussi par le strict minimalisme des décors, blancs, et du dépouillement recherché de la mise en scène : un écrin blanc qui révèle un tout autre sens qui apparait lorsque l’on regarde et écoute attentivement, comme un liseré blanc que l’on ne distinguait pas et qui vient tisser une autre histoire.

art-yasmina-reza-theatre-antoine-credit-pascal-victor-artcompress-3

Art, de Yasmina Reza,

Mise en scène Patrice Kerbrat

Avec Charles Berling, Jean-Pierre Daroussin, Alain Fromager

Théâtre Antoine jusqu’au 17 juin 2018

Réservations au 01 42 08 77 71

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s