UN HOMME QUI FUME C’EST PLUS SAIN – Festival Avignon OFF 2018 – La Manufacture

Christian Berthelot

 

Des liens qui nous unissent

Décidément mon festival OFF 2018 commence sous de très bons augures avec « Un homme qui fume c’est plus sain » à la Manufacture, délicieuse histoire familiale où l’on retrouve une fratrie, qui se retrouve aux obsèques du père. Six frères, une sœur, on a vite compris qu’une autre sœur est absente, partie sans doute au moment où la fratrie s’est écartelée quelques années auparavant. On y parlera de séparation, de retrouvailles, de deuil, d’épanouissement et de ce sens que chacun cherche à sa vie et ne trouve pas toujours, de ruptures mais aussi et surtout de ce lien indissoluble qui lie des frères et des sœurs, de cette enfance qui, même lointaine, ne demande qu’à ressurgir, de ces souvenirs qui affleurent et submergent. On y parlera de famille, de douleurs et d’amour.

Mêlant travail préparatoire, écriture de plateau, improvisations, le texte navigue entre plusieurs temporalités (enfance / aujourd’hui) et dessine une histoire faite de tendresse et de moments de joie,  où les failles petit à petit se révèlent et dessinent par strates la rupture familiale. On se régale à découvrir cette famille à travers ses instantanés drôles, joyeux, touchants, sombres. On se régale à découvrir à travers chaque membre de cette famille disloquée les doutes, les regrets, les peurs, mais aussi cet amour inconditionnel, ardant qui unit Benoit, Maxime, Morgan, Thomas, Élias,.. Marie. Ils auront tous un passage qui fera tomber à son tour un morceau du voile sur les non-dits et les fêlures que chacun enfouit depuis des années (notamment avec le monologue de Marie, la parfaite Marie, Marie la petite maman, magistral).

Si le texte mêle adroitement sensibilité, pudeur, violence et rancœurs, il est aussi admirablement servi par  8 comédiens impressionnants qui présentent ici un travail d’équipe impeccable où chacun est au service de l’autre. La mise en scène  alterne avec finesse passé et présent sans que l’on se perde dans ce dédale familial, saupoudrant des scènes phares comme cette finale de coupe du monde de 98 (prémonitoire ?!) qu’ils rejouent, redevenus enfants le temps d’un souvenir, ou des faux combats de boxe qui fascinent les jeux enfantins des garçons.

La magie opère, laissant le public pantois, rieur et ému à la fois et, pour la plupart, debout à la fin. Un début de festival ultra prometteur, donc. On en redemande.

Un homme qui fume c’est plus sain,  de Leslie Bernard et le Collectif Bajour

Mise en scène Leslie Bernard

Avec Leslie Bernard, Julien Derivaz, Matthias Jacquin, Hector Manuel, Joaquim Pavy, Georges Slowick, Alexandre Virapin et Adèle Zouane.

 Avignon OFF 2018, La Manufacture, 11h50, relâche 12 et 19 juillet

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s