LA GUERRE DES SALAMANDRES, d’après Karel Čapek, MES Robin Renucci – Les Tréteaux de France

 

98841-jcb_18n0602476_bd-1

Karel Čapek, Cassandre visionnaire

Robin Renucci a entamé son cycle sur l’argent avec Le faiseur, où Balzac inventait avant l’heure un Madoff du 19ème siècle, puis avec L’avaleur, farce cruelle très contemporaine sur la perversion du monde de la finance imaginée par l’américain Jerry Sterner. Il le clôture avec La guerre des salamandres, adapté par Evelyne Loew du roman du tchèque Karel Čapek : roman d’anticipation, fable dystopique, c’est cette fois-ci en 1936 que nous embarque le directeur des Tréteaux de France : un capitaine de bateau découvre par hasard, sur une île perdue au milieu d’un océan, une espèce animale inconnue, entre le lézard et la salamandre. Point fort, ils sont obéissants, très doués de leurs pattes-mains à quatre doigts, travailleurs et peu gourmands : très vite, une poignée d’homme comprend que les salamandres constituent une main d’œuvre à bas prix, très efficace et parfaitement malléable. Exploitée, vendue, asservie, achetée, en moins de 20 ans la salamandre passe de créature sous-marine inconnue à ressource cotée en bourse pour laquelle aucune transformation écologique n’est refusée, aucune concession à l’éthique n’est exclue. Mais la bête est très intelligente, apprend très vite, y compris à parler et finit par se rebeller contre l’esclavagisme que les hommes lui imposent.

Travail de groupe

La farce est acide et Čapek dessine avec causticité l’avidité des hommes et leur aveuglement. Morale, écologie, éthique, tout est balayé par l’appât du gain dans un monde qui finira par ne plus tourner rond.  Et pourtant tout est rond dans la scénographie signée Samuel Poncet : une grande table de bois occupe le centre de la scène et servira astucieusement de centre de conférence, de bateau, de salle de rédaction, de plage tropicale, de bar…  elle est surmontée d’une structure, en cercle elle aussi et, actionnée par les comédiens, sera à l’envi une voile ou un écran de projection. Le tout est aussi magnifique qu’ingénieux et très subtilement éclairé par Julie-Lola Lanteri-Cravet. Sur ce plateau protéiforme évoluent 7 comédiens impeccables, qui passent en un tour de main d’un des 55 personnages du roman à l’autre. Outre leur énergie communicative, ils sont tour à tour comédiens, bruiteur, accessoiristes, et c’est ce qui fait aussi le charme épatant du spectacle : les voir, mini-baignoire et tuyaux en main, imiter le clapotement des vagues participe, tout comme les ravissants costumes années 30, à l’atmosphère retro et pleine de grâce de la représentation.

Le tout déroule sans temps mort en 1h30 une histoire très cruelle mais aussi très drôle. Karel Čapek, en 1936, imaginait un monde où la folie des hommes les menait à leur perte : il résonne, encore aujourd’hui, d’une cuisante actualité. Avec les Tréteaux de France, Robin Renucci continue encore et encore – et toujours brillamment – de témoigner, d’éduquer, de transmettre, de porter haut et fort une parole engagée pour un public qui, encore une fois, a largement plébiscité l’initiative*.

*Depuis l’an dernier, les Tréteaux de France participent, avec la Région Ile de France à l’opération L’Ile de France fête le théâtre : tout l’été, dans 4 bases nautiques autour de Paris (Cergy-Pontoise, Torcy-Vaires, Saint-Quentin-en-Yvelines, Le Port aux cerises de Draveil) des ateliers, spectacles et lectures tous entièrement gratuits sont proposés aux franciliens, adultes et enfants. Très belle initiative dont on ne parle pas assez et qui mérite largement d’être plus connue et applaudie.

La guerre des salamandres, d’après Karel Čapek – MES Robin Renucci avec les Tréteaux de France

Mise en scène Robin Renucci
Adaptation Evelyne Loew à partir de la traduction de Claudia Ancelot 

Scénographie Samuel Poncet
Avec Judith d’Aleazzo, Solenn Goix, Julien Leonelli, Sylvain Méallet, Henri Payet, Julien Renon, Chani Sabaty

Iles de loisirs de Vaires -Torcy du 27 au 29 août

Maison des Métallos du 17 au 28 octobre 2018 réservations au 01 47 00 25 20

Aussi :

11 et 12 octobre – L’Hexagone – Meylan (38)

13 janvier – La Tuilerie- Bédarieux (34)

17 janvier – Castelnaudary – Castelnaudary (11)

19 janvier- Espace culturel des Corbières- Lezignan-Corbières (11)

29 janvier- TAP- Poitiers (86)

1er février- L’arc – Scène nationale Le Creusot -Le Creusot (71)

8 février- Salle des fêtes de Gisors- Gisors (27)

19 février- Théâtre des sources- Fontenay-aux-Roses (92)

21 mars- ATAO – Théâtre d’Orléans- Orléans (45)

29 mars- Carré Sam- Boulogne-sur mer (62)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s