J’AI DES DOUTES – Raymond Devos – François Morel – Théâtre du Rond Point

 

m_toussaint_f8a1993_fm_1000_1000

Un ange passe au Rond-Point

Il y avait Devos, celui qui jouait avec les mots, celui qui jonglait avec eux, les malaxait les empilait les entassait les embrassait. Il y avait Devos, le clown jamais triste, un peu lunaire qui l’air de rien pouvait, en débitant ses histoires, catapulter son public dans son univers fantasque, absurde, poétique. C’est difficile de le décrire tant l’homme était hors normes. Enfant, je regardais ce curieux personnage, perplexe devant le téléviseur familial. Adolescente, j’écoutais ses textes et commençait à sourire, à traquer le jeu de mot, le double sens, le sens caché ou le sens tout court d’une absurdité bien envoyée au détour d’un phrase. Adulte, je me régalais à la lecture de ses textes. Jamais je n’ai vu le bonhomme sur scène et sa bonhommie, que j’imaginais à la fois débordante et solide, me faisait rêver. Las ! Là-haut sans doute un autre bonhomme a décidé de le convoquer, tant pis pour moi.

Mais grâce à Dieu ou plutôt à François Morel revoilà l’amoureux des mots, le temps d’un spectacle, sur la scène du Rond-Point. Oh bien sûr n’est pas Devos qui veut me direz-vous ! Mais François Morel ne cherche pas l’imitation.  Au contraire avec son pianiste Antoine Sahler il s’amuse à son tour à pétrir les mots de Devos et les dire avec sa propre verve, sa propre poésie. Et ça marche, tant l’univers de François Morel sied à celui de Devos : un piano, un mélodica, une marionnette, les sketches se suivent et sont dits avec un souffle à la fois devosien et morelien. Parfois mis en musique, parfois débité à toute allure, parfois dit à deux (avec l’étonnant Antoine Sahler aux multiples facettes), l’univers de Devos s’accorde à merveille à celui de Morel : un mariage heureux, poétique qui laisse entendre dans de courts instants de bonheur la voix de Devos et embarque les spectateurs, heureux, dans un voyage-hommage empreint de poésie et de légèreté.

Grâce à François Morel un ange passe sur la scène du Rond-Point : celui de Raymond Devos ; une bien jolie parenthèse qu’il faut surtout oublier de refermer.

J’ai des doutes, textes de Raymond Devos

Un spectacle de et avec François Morel, Antoine Sahler en alternance avec Romain Lemire

Composition musicale Antoine Sahler

Théâtre du Rond Point jusqu’au 6 janvier

Réservations au 01 44 95 98 21

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s