CHANSON DOUCE – Leïla Slimani – MES Pauline Bayle – Comédie Française

chanson douce

Chanson floue

Chanson douce était-il vraiment goncourable ? Même s’il m’a sérieusement chamboulée, je ne suis pas sûre que cette histoire, aux frontières de la littérature noire, l’était vraiment. Ce fut néanmoins mon gros coup de cœur qui créait la surprise en remportant le prix en 2016. Un roman percutant au style sec qui raconte le glissement progressif d’une femme, Louise, nounou de son état, vers l’irréparable. Louise a été embauchée par un jeune couple parisien aisé pour s’occuper à temps plein de leurs deux enfants en bas âge, permettant à leur mère avocate, Myriam, de travailler à nouveau : Louise devenue indispensable, devenue le pilier de la famille, finira par la faire exploser en assassinant leurs deux enfants.

Eric Ruf a demandé à Pauline Bayle d’adapter le roman de Leïla Slimani pour la nouvelle saison du Français. Sur la petite scène du Studio Théâtre, Florence Viala, Anna Cervinka et Sébastien Pouderoux seront à leur tour Louise, la nounou, Myriam et Paul, les parents, mais aussi Adam et Mila, les enfants, ou Stéphanie, la fille de Louise, Wafa, une autre nounou, ou la policière qui s’occupera de l’affaire. La scénographie, très épurée, représente l’appartement parisien du jeune couple et seuls quelques jeux de lumières illustreront l’appartement de Louise ou l’île grecque de leurs vacances. Il n’y a rien à redire sur le jeu des comédiens, impeccable (et Anna Cervinka est décidément une des jeunes pépites du Français) mais l’adaptation de Pauline Bayle pèche probablement par son application : les scènes se succèdent, la chronologie du roman est respectée, depuis l’analepse du début jusqu’aux derniers mots, glaçants, mais il manquait jeudi au Français ce petit quelque chose que Leïla Slimani avait si bien distillé au fil des pages : l’ ambiguïté des relations entre Louise et Myriam, leur évolution, la tension et l’angoisse du roman. Je n’ai pas retrouvé ici les doutes qui envahissent Myriam et encore moins cette ambivalence qui s’installe entre deux femmes (jalousie de la mère vis-à-vis de cette nounou – parfaite- qui élève ses enfants, et celle de la nounou vis-à-vis de cette femme -elle aussi parfaite- qui gagne confortablement sa vie et peu se permettre d’engager une nounou). La situation de Louise, ses problèmes ne sont bien sûr pas oubliés par Pauline Bayle (et Florence Viala incarne admirablement cette femme perdue et dépassée) mais la complexité des rapports sociologiques entre ces familles de deux milieux différents n’est pas assez creusée, pas assez fouillée.

Adapter un roman de 200 pages pour un tirer un spectacle de 1h20, c’est forcément faire des choix. Pauline Bayle en tire l’essentiel mais le texte ici ressemble davantage à une succession d’extraits et de scènes qui vont résumer le roman. Si les relations psychologiques, sociologiques sont abordées, elles manquent ici de profondeur et sont finalement non pas effleurées, mais apportées les unes après les autres successivement, sans vraiment de lien. C’est dommage, on aurait préféré davantage de rythme, de tension et d’ambiguïté. Ce qui faisait le sel du  Goncourt 2106 et manque ici, malheureusement.

Le roman était-il goncourable ? Le débat a déjà été ouvert. Était-il adaptable autrement qu’à l’écran et notamment au Français ? Peut-être pas.

Brigitte Enguerrand

Brigitte Enguerrand

 

Chanson douce, de Leïla Slimani

Adaptation et mise en scène de Pauline Bayle

Avec Anna Cervinka, Florence Viala, Sébastien Pouderoux

Comédie Française, Studio Théâtre, jusqu’au 28 avril 2019

Réservations au 01 44 58 15 15

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s