LEOCADIA, de Jean Anouilh – Cie Quand Même

LEOCADIA

Amanda, modiste de profession, attend dans le salon d’un grand château. Elle vient pour une place. Soudain apparaissent: une duchesse extravagante, de cu­rieux valets, un marchand de glaces sans sorbet, le chauffeur d’un taxi en lierre, un parc labyrinthique...

Une ouverture en beauté de ce XXVIIIème Festival de théâtre de Maisons-Laffitte,  qui décidément ne cesse de me ravir. L’ouverture ce soir donne déjà le ton avec un Leocadia surprenant et séduisant. Ici, la metteuse en scène Camille Roy se défait des contingences de décors et autres formalismes démodés pour laisser place à un plateau nu, bordé uniquement de rangées de projecteurs. Avec seulement quelques accessoires réduits a minima, ce seront les très belles lumières de Gauthier Haziza qui habilleront la pièce. La musique (créée pour la pièce par Alexis Morel) est omniprésente et devient rapidement un élément clé de la mise en scène, ajoutant ainsi à son atemporalité et sa modernité. Mais ceci ne serait rien sans les comédiens, tous excellents : sous la direction de Camille Roy, ils donnent à leurs personnages une couleur qui mélange habilement le burlesque, la poésie et le gothique, notamment avec les personnages de la Duchesse (excellent Charlotte Lequesne) ou Sébastien Ventura (délicieux Baron). Les autres sont au diapason, à commencer par Lydie Misiek, dont le personnage (Amanda) évolue avec justesse de la naïveté à la détermination, sans y oublier un passage désopilant fait de mimiques et de tics : la salle Malherbes, comble ce soir, ne s’y est pas trompée en éclatant de rire. N’oublions pas l’hilarant Arnaud Pontois-Blachère qui s’offre un passage d’anthologie dans son personnage d’aubergiste ivrogne, Martin Guilaud  en Prince languissant ou Alexandre Varnière.

Avec des comédiens épatants et parfaitement dirigés, Camille Roy, déshabille le plateau pour mieux laisser entendre le texte poétique, drôle et mélancolique de Jean Anouilh,  lui donne les couleurs d’une délicieuse confiserie qui ce soir ouvrait le festival de Maisons-Laffitte en beauté. On en ressortait ragaillardi et encore plus impatient de découvrir le reste de la programmation.

 

Leocadia, de Jean Anouilh, par la Compagnie Quand Même

Mise en scène Camille Roy

Avec Charlotte Lequesne, Sébastien Ventura, Lydie Misiek, Arnaud Pontois-Blachère, Sébastien Ventura, Alexandre Varnière

Festival de Maisons Laffitte 2019

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s