C’était mieux avant, d’Emmanuel Darley Cie Jardin-Cour

cetait mieux avant

Raoul Jambon, représentant de commerce au chômage, décide de se lancer en politique pour sauver son pays, la Farce (sic). Avec pour seule idée et seul slogan « c’était mieux avant », il séduit vite le peuple. La famille Champagne, qui rêve de gouverner, veut profiter de cette popularité, et s’infiltre auprès des Jambon pour tirer les ficelles et s’emparer du pouvoir. La fable, ponctuée par les interventions ironiques d’un chœur, sera aussi amère que drôle…

Les Tuche à l’Elysée. Je n’ai pas vu le film mais c’est un peu à ça que j’ai pensé hier en assistant à C’était mieux avant. On y voit une famille tuchienne, les Jambon, accéder au pouvoir : ils sont grossiers, vulgaires, peu instruits. Mais derrière eux se cachent les Champagne, aristos assoiffés de pouvoir et surtout peu désireux d’être gouvernés par des … sans-dents ?

Soyons franche : j’avais un mauvais pressentiment en lisant le pitch. Quelque chose me disait que cette histoire n’était sans doute pas pour moi. Elle ne l’est effectivement pas, tant le texte est truffé de clichés (la fille Jambon fait des études d’esthétique, les Champagne, très Marie-Champagne, jouent au golf). Si le texte recèle parfois quelques touches d’humour qui effectivement m’ont fait sourire, le tout devient très rapidement lassant. Quant aux comédiens, s’ils prennent visiblement un grand plaisir à gesticuler, on est très vite lassé par leur interprétation le plus souvent criarde ou ridicule (la mère et la fille chantant en faisant ding dong avec leurs pots de yaourt enfilés autour du cou, n’est qu’un exemple parmi plusieurs).

Les rares bonnes idées ne sont pas exploitées : quand Raoul Jambon s’adresse au peuple, un des chœurs vient se lancer dans un sur-titrage pour malentendants : à peine installé il est ré-entrainé dans le chœur : quel dommage, car la proposition était bienvenue et fort cocasse. Le reste est bien souvent hasardeux, comme ce chanteur qui imite Aznavour et traverse la scène pour ne plus revenir (manquait-il un rôle ?) ou les interventions du chœur, parfois amusantes, le plus souvent totalement inutiles. C’était mieux avant voulait peut-être au départ dénoncer la manipulation des faibles par les puissants ? L’effet est raté tant la caricature est grossière et le traitement par l’auteur totalement superficiel : on est dans un schéma très Duquesnoy-Groseille….mais Emmanuel Darley n’est pas Étienne Chatiliez, loin de là.

J’ai hésité à écrire cette critique assassine, d’autant que, dans la salle, les rires ont fusé et une partie du public a visiblement aimé (et c’est tant mieux). J’aurais pu abdiquer en prétextant la fatigue après trois jours de festival et trois nuits beaucoup trop courtes. Mais il me semble important d’exprimer ici ma déception, dans ce festival sélectif et ultra-qualitatif : le théâtre regorge de textes drôles amusants, fins, il suffit de chercher pour trouver. Si la difficulté réside souvent pour les troupes de distribuer tous les comédiens avec un rôle pour  chacun, le théâtre regorge aussi de saynètes qui peuvent constituer un spectacle construit et drôle. La compagnie Jardin-Cour devrait peut-être aller chercher ailleurs de quoi se nourrir et nourrir son public, c’est tout le bien que je lui souhaite.

C’était mieux avant, de Emmanuel Darley,

Avec :  Benoît Bertrand, Anne Decrauze, Julien Iris, Gérard Maillot, Fabienne Sizaret, Nicole Sizaret

Choristes : Marc Antoine, Antoine Bouchon, Isabelle Bouchon, Sylvie Floch

Mise en scène : Fabienne Sizaret

Festival de Maisons Laffitte 2019

2 réflexions sur “C’était mieux avant, d’Emmanuel Darley Cie Jardin-Cour

  1. Bonjour, votre critique de c’était mieux avant me parait ignorer que c’est une farce, d’où caricatures et outrance. Certains effets sont peut-être mal réalisés (les sabots du cheval de zorro avec les pots de yaourt) mais tout à fait bien venus dans l’idée.
    Je pense au contraire qu’elle pèche par manque d’outrance. Les Champagne ressemble tout juste à des notables de maisons-lafitte.
    Mais bravo pour l’ensemble du blogue et toutes ces critiques très justes dans l’ensemble.

    J'aime

  2. Entièrement d’accord Avec la critique
    Ç’etait une pièce pour potaches
    Complètement démodée avec des personnages nunuches !
    Honte au texte, au mépris des petites gens ici exalté !
    Et dire que le public riait !..
    On n’y reviendra plus !..

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s