PEUR(S) – Hedi Tillette de Clermont Tonnerre – MES Sarah Tick – Théatre du Train Bleu, Festival Avignon OFF 19

spectacle_26553

American Psycho

« 10005, c’est Lakhdar Boumediene, arrêté au lendemain du 11 septembre 2001 avec 5 autres citoyens bosniaques d’origine algérienne. Après avoir été incarcéré puis innocenté par la justice bosniaque, il est « confié » aux services de renseignements américains et transféré sans jugement ni chef d’accusation dans la prison nouvellement construite de Guantanamo Bay. Il y restera sept ans.
LUI, c’est mon oncle : Stephen Oleskey.  C’est surtout l’avocat américain qui a permis à 10005 de faire valoir son droit à l’Habeas Corpus, principe énonçant la liberté fondamentale à ne pas être emprisonné sans jugement. LUI fera libérer 10005 de Guantanamo »

Cet avocat, nous allons le rencontrer, dans la cuisine de sa maison. De fait, c’est dans une Amérique moyenne que se passe la pièce : le décor banalement américain n’en fait que plus ressortir l’absurde protectionnisme qui s’est installé dans tous les esprits, toutes les familles. Ici, tout se passe dans la cuisine donc, qui se transformera en cellule, salle de plaidoirie… au gré des scènes : le tout pourrait surprendre, il est suffisamment clair pour que le public comprenne aisément et ne perde jamais le fil. Il faut dire que les comédiens sont investis, passent d’un personnage à l’autre avec fluidité, incarnant à tour de rôle un militaire, un avocat, un gardien, la femme de l’avocat, son ami… une belle brochette, donc, très bien dirigée, à commencer par l’excellent Vincent Debost (l’avocat).

Si la mise en scène rythmée, sans aucun temps mort, parvient à embarquer le spectateur, le texte balaye les références (loi Patriot, création des War relocation camps pour les Nippo-américains, maccarthysme…) sans suffisamment s’y attarder, parfois de façon surprenante (que vient faire Dreyfus dans cette dénonciation du protectionnisme US ? ). De même, j’aurais préféré que les raisons totalement infondées, iniques de l’internement du prisonnier 10005 soient moins rapidement évoquées et que l’on comprenne encore plus l’absurdité de la situation, l’escalade des psychoses qui mènent au repli sur soi d’une population manipulée.

En voulant tout aborder, Peur(s) pêche par excès de bonne volonté : le fond est trop survolé au profit de la forme et le propos de ce fait trop dilué pour être vraiment percutant. C’est néanmoins une proposition engagée, très bien interprétée dans une jolie et judicieuse scénographie : à saluer, donc.

XVMa1e09688-3458-11e9-bf24-75a0a8e1adce

Peur(s) de Hedi Tillette de Clermont Tonnerre

Mise en scène de Sarah Tick

Avec : Lucas Bonnifait, Julie Brochen, Vincent Debost, Milena Csergo, Gwenaëlle David, Raouf Raïs, Frédéric Jessua

Théâtre du Train Bleu, tous les jours à 18h55, réservations au 04 90 82 39 06

Festival d’Avignon OFF 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s