LE PROJET GEORGES – Laure Grisinger et Edith Proust – Le Lavoir Moderne Parisien

4465b6224ab24e7a80f9b3c82a4362aa

Georges, clown sublunaire et salutaire

Elle est toute frêle, cette silhouette qui surgit derrière le public déjà assis dans la salle du Lavoir Moderne Parisien. Toute frêle et pourtant elle semble errer depuis des années, seule en trainant son arbre derrière elle. Parce que Georges traine son arbre, solidement planté dans une caisse à roulettes. Elle le traine et lui parle, se parle, parle dans le vide et au public, au fil de ses pensées qui divaguent. La vie la solitude l’espace les autres le vent l’origine du monde ou sa destinée, Georges s’interroge et interroge, créant au fil de ses phrases un espace-temps indéfini pendant lequel le public est rivé à ses lèvres et ses mimiques.

Qu’il est bon de retrouver Edith Proust, que j’ai découverte à Avignon au Train Bleu cet été avec Le massacre du printemps !  Elle reprend ici son personnage de clown créé il y a quelques années avec ce solo improbable, fantasque et existentiel. Un solo mais presque un duo, tant Joseph, l’arbre, devient acolyte indispensable au personnage de Georges, clochard philosophe aux cheveux de plastique qui l’apostrophe, l’engueule, le charme, le couve, le protège. Et il y a, derrière toute cette dérision dérisoire, une vraie philosophie que traîne ou qui entraîne ce Georges déraciné avec son arbre enraciné.

« Moi j’aime bien la solitude mais pas quand je suis seul », dit Georges. Une chose est sûre, on n’a pas du tout envie de le ou la laisser seule, mais plutôt envie de faire un petit bout de chemin avec elle, ou lui, ou eux, de continuer d’écouter ses divagations existentielles, ses colères instantanées, ses craintes effarouchées, d’en rire ou d’en être touchés, d’y réfléchir et de s’y perdre. Et d’y retourner encore. C’est difficile, d’être clown, ou plutôt de  trouver son clown. Edith Proust fait de Georges un être  sublunaire, entre la terre et le ciel, la lune et les nuages, magnétique et hypnotique. A découvrir plutôt huit fois qu’une.

gerges

Le projet Georges – texte et mise Laure Grisinger et Edith Proust,

Avec Edith Proust

Compagnie L’usine

Le Lavoir Moderne Parisien, jusqu’au 20 octobre, réservations au 01 46 06 08 05

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s