CYRANO – MES Bastien Ossart – Funambule Montmartre

Cyrano ci, Cyrano la…

On ne présente plus la pièce de toute façon. On la connait, on la savoure, on la déguste, et on se demande comment trois comédiennes seulement vont faire pour présenter leur Cyrano, seules donc, sans décor, avec uniquement quelques (très beaux) masques de Comedia dell’Arte sur un plateau éclairé à la bougie. Eh bien il faut dire que tout est là, le texte autant que les personnages, l’histoire autant que le sens, la verve autant que les sentiments, l’humour autant que le panache. Bien sûr le texte a subi de nombreuses coupes, bien sûr nombre de personnages ont disparu, bien sûr l’histoire est raccourcie. Et pourtant tout y est : la passion cachée de Cyrano pour Roxane, l’amour aveugle de celle-ci pour Christian, la naïveté de ce dernier. Les scènes principales ne sont pas sacrifiées et joliment proposées comme la scène du balcon, des trouvailles délicieuses viennent agrémenter le tout comme par exemple la distribution des tartelettes au public par Ragueneau, la tirade du nez à la fois impeccable et malicieuse, le siège d’Arras judicieusement narré… l’adaptation de Bastien Ossart respecte le texte de Rostand sans le trahir tout en y apportant les coupes nécessaires et lui donnant un petit coup de peps grâce à l’énergie déployée par les trois comédiennes.

Et de l’énergie il leur en faut à ces trois-là : elles passent avec une facilité déconcertante de l’un à l’autre des personnages, se passant les rôles comme on se passe une balle, hop j’enfile ton masque et me voilà Cyrano, passe-moi ta perruque et tiens voilà c’est moi Roxane : corps, regard, gestuelle, elles jonglent avec le texte, elles jouent avec les mots, comme si tout ça c’était facile alors que non, décidément non, c’est probablement très dur, ça demande une concentration et une maitrise folles mais avec elles ça passe crème comme dirait ma fille, et moi devant ça je reste tout simplement baba.

Ce que j’aime avec ce texte, c’est que comme tous les grands textes, il sait résister à tout, il sait se laisser faire et devenir matière que l’on pétrit, il sait s’adapter, il sait se couler dans n’importe quelle adaptation pourvu qu’elle le respecte, pourvu qu’elle soit faite avec amour. C’est le cas ici, et le public reçoit lui aussi tout cet amour, du texte, de l’histoire, des vers et des mots de Cyrano. Des mots de Rostand.

 

Cyrano, texte de Edmond Rostand, adaptation et mise en scène de Bastien Ossart, Production Théâtre Les Pieds Nus et Funambule Montmartre

Avec Iana-Serena de Freitas, Lucie Delpierre, Nataly Florez ou Marjorie de Larquier

Théâtre Funambule Montmartre, jusqu’au 12 décembre

Réservations au 01 42 23 88 83

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s