ON PURGE BEBE – Georges Feydeau – MES Emeline Bayart – Théâtre de l’Atelier

Emeline Bayart sauve Feydeau de la purge

Feydeau, c’est Feydeau. Ça virevolte, ça déménage, ça fait des volte-face et des revirements sans interruption. Et il le faut car, si dans Feydeau, le texte n’est qu’un prétexte – sans autre intérêt que celui de servir à des multiples retournements – il doit être servi avec une énergie multivitaminée voire ultra dynamitée s’il veut embarquer le spectateur… ou le laisser sur place.

Emeline Bayart s’empare cet automne du vaudeville en misant avant tout sur la dimension comique du texte et le talent de ses comédiens, en commençant par elle dans le rôle principal de Julie Follavoine, bourgeoise décomplexée, obnubilée par le transit de bébé, ie Toto, son infernal et capricieux garçon de sept ans. Mégère hystérique, la dame promène, en nuisette et en cheveux, les bas aux chevilles, son seau de toilette pendant 1h30, excédée par la paresse intestinale de son fils et le flegme de son époux. Monsieur Follavoine, lui, est obnubilé par l’arrivée imminente de Monsieur Chouilloux, fonctionnaire des armées à qui il veut vendre des pots de chambre en porcelaine et faire ainsi fortune. Ceci n’a pas l’heur de plaire à Julie Follavoine qui voudrait que son mari administre un purgatif à son garçon plutôt que de penser à ses affaires avec Monsieur Chouilloux, dont on apprendra qu’il est cocu.

On nage en plein vaudeville donc, et il faut donc une sacrée énergie pour rendre honneur à son auteur : Emeline Bayart n’en manque pas. Je suis d’ailleurs allée voir On purge bébé avant tout pour elle, que je suis depuis que j’ai découvert l’Armenonville, Cabaret Tango quatuor à cordes qu’elle accompagnait. D’énergie, elle n’en manque pas, ni de fougue ou de folie, et mène tambour battant sa petite équipe avec une sacrée exubérance. Autour d’elle, Eric Prat incarne un Monsieur Follavoine dépité tentant désespérément d’éviter les pots cassés et de sauver son affaire tandis que Manuel Lelièvre est un Monsieur Chouilloux dépassé par cette harpie tempétueuse. Valentine Alaqui, Thomas Ribière et Delphine Lacheteau complètent avec brio la distribution. Manuel Peskine, habituel comparse d’Emeline Bayart, est au piano.

Parce qu’on y chante, aussi, et c’est aussi là que réside le sel du spectacle, judicieusement rythmé par des intermèdes chantés : que ce soit la verve délicieuse d’Emeline Bayart ou les parties chantées par Eric Prat et Manuel Lelièvre, on adore ces interludes comiques et caustiques qui viennent en contrepoint réveiller un texte désuet en lui donnant un sacré coup de peps.

Caroline Moreau

On purge bébé, de Feydeau

Mise en scène Emeline Bayart

Avec Valentine Alaqui, Emeline Bayart, Delphine Lacheteau, Manuel Le Lièvre, Eric Prat, Thomas Ribière, Manuel Peskine (piano).

Scénographie et costumes Charlotte Villermet

Lumière Joël Fabing

Théâtre de l’Atelier jusqu’au 15 Novembre

Les jeudis, samedis et dimanches à 15h ou 18h30 (détails sur le site)

Durée 1h20

Une réflexion sur “ON PURGE BEBE – Georges Feydeau – MES Emeline Bayart – Théâtre de l’Atelier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s