Monsieur Chasse, de Georges Feydeau – Compagnie les Joyeux de la Couronne

Entre mensonges et portes qui claquent, opérette et quiproquos, époux volages et femmes vengeresses…

Prétextant des parties de chasse dans le nord de la France pour rejoindre sa maîtresse, Justinien Duchotel se retrouve bien malgré lui la proie d’un safari frénétique au mari volage par son épouse Léontine et le maladroit Moricet.

Ajoutez à cela une domestique dérangée, un provincial benêt, un filleul encombrant ou encore une comtesse frivole et vous obtenez une comédie jubilatoire !

Il en fallait, de la folie et de la joie pour réouvrir le Festival de Maisons Laffitte après deux ans d’arrêt. De la folie de la joie, une sorte d’énergie renversante, de celles qui vous entrainent dans un tourbillon virevoltant. La joyeuse compagnie les Joyeux de la couronne adapte ce Feydeau puissance 100 : tout y est 100 fois plus tourbillonnant, 100 fois plus gaillard, 100 fois plus bruyant. 

Olivier Schmidt, metteur en scène (et comédien) ne lésine pas sur les gags qui s’enchainent les uns les autres au risque de frôler parfois l’overdose, tant la caricature est poussée à son paroxysme, frôlant quelquefois d’un peu trop près le graveleux, quand Feydeau flirtait plus élégamment avec le grivois. De même, quand tous les (ravissants) costumes et le sobre décor, évoquent gracieusement les années 30, on s’interroge sur le personnage de la commissaire, qui n’est pas sans rappeler Florence Foresti, et donc totalement anachronique : le décalage avec les personnages laisse perplexe.

Pour autant, on aime le jeu des comédiens, notamment (et justement) Séverine Wolff qui outre la commissaire donc, interprète une comtesse délicieusement coquine et se métamorphose en bonne méconnaissable aux accents suisses. Mais au delà de ce jeu choral, on aime avant tout, et surtout, les chansons (qui sont un des points communs des spectacles de la  compagnie) : tous sans exception sont d’excellents chanteurs, et ces vieilles chansons des années 30 viennent admirablement égayer le spectacle. Véritables bijoux dans ce spectacle aussi bouillonnant que parfois agaçant, elles effacent tous les bémols et sont un véritable régal. Pour le coup, bravo aux joyeux troubadours de la couronne.

Ça fait du bien, de retrouver la folle équipe de ce 30e festival (et ultime) de Maisons Laffitte. Ça fait du bien, de retrouver la salle Malesherbes remplie à craquer, ça fait du bien de retrouver tous ces visages que l’on croise chaque année à la même époque, ça fait du bien de voir ces collégiens qui décerneront leur prix, eux qui posent toutes ces questions au critique café après chaque spectacle aux troupes qui sont tellement heureuses de parler de leur travail. 

Bref, ça fait du bien de se sentir vivant après ce long silence.

La critique de Christine, de Théâtre Côté Coeur

Monsieur Chasse, de Feydeau, par la Cie Les Joyeux de la couronne 

Festival de Maisons Laffitte, 30e édition, du 25 au  29 mai 2022, Maisons Laffite

La compagnie Les Joyeux de la Couronne sera au festival OFF Avignon 2022 avec son spectacle A l’ombre d’Oz, au théâtre de l’Observance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s